RITA CHARLEBOIS
Rita Charlebois a été embauchée en 1956 comme première femme analyste de laboratoire au Centre des sciences judiciaires (alors connu sous le nom de Laboratoire du procureur général de l’Ontario). Elle s’est toujours intéressée aux sciences dès son plus jeune âge et voulait devenir médecin, mais son père est mort et il y avait trois autres personnes à inscrire à l’université. Elle a donc décidé d’obtenir un diplôme scientifique de quatre ans avec une spécialisation en chimie.

Après avoir obtenu son diplôme à l’Université d’Ottawa, elle s’est également qualifiée en tant que technologue médicale et a pu prélever des échantillons de sang. Elle est allée aux États-Unis pendant un an et a été responsable du laboratoire d’un hôpital à Ogdensburg, dans l’État de New York. Elle est revenue au Canada et a fait des recherches chimiques et biologiques dans la section des vitamines du département des aliments et des drogues.

Elle a épousé Peter Charlebois, un interne en médecine, et ils sont allés à Toronto où elle a obtenu un poste au laboratoire médico-légal en 1956. Elle a été formée et responsable de divers domaines liés à l’alcool, y compris l’enseignement du cours sur l’alcootest, l’analyse d’échantillons de sang et d’urine pour déterminer la présence d’alcool dans diverses affaires criminelles et le témoignage devant les tribunaux.

Elle a été très utile en tant que phlébotomiste et a prélevé des milliers d’échantillons de sang auprès des policiers qui suivaient le cours sur l’alcootest au fil des ans. Les échantillons de sang ont été comparés aux résultats de l’alcootest sur des personnes en état d’ébriété et ont confirmé que les résultats de l’alcootest étaient inférieurs d’environ 10 % au taux d’alcoolémie réel et que “lorsque deux résultats de l’alcootest sont correctement effectués, les résultats de l’alcootest ne sont pas les mêmes.
Lorsque deux résultats d’alcootest sont correctement effectués, on peut conclure que la possibilité qu’un résultat préjudiciable à un accusé soit présenté à un tribunal est pratiquement inexistante “1.

Elle a fait de nombreuses observations sur les effets de l’alcool sur les sujets qui ont contribué à développer son expertise pour le tribunal. L’un des sujets qu’elle a testé n’avait pas l’air d’avoir bu du tout. Mais lorsqu’il a voulu taper, il a mis le papier à l’envers dans la machine à écrire et lorsqu’il s’est assis, il a perdu l’équilibre et a failli passer par-dessus l’alcootest. Un autre étudiant avec un taux d’alcoolémie de 0,07 pouvait faire tenir un verre de bière en équilibre sur sa tête sans en renverser une goutte. Mais lorsqu’elle a testé son temps de réaction, il était trois fois plus lent qu’avant qu’il ne commence à boire. Mais les hommes dont elle a conclu qu’ils avaient une trop grande confiance dans leurs capacités physiques en raison de l’alcool auraient été dangereux au volant sur l’autoroute.2

Illustration : Rita Charlebois
Rita Charlebois prend de bonne grâce le sexisme quelque peu manifeste de l’époque. On l’appelle parfois “Mme Peter Charlebois “.3 Les titres des articles de journaux à son sujet étaient les suivants:

“Témoigne dans une affaire de meurtre, La fille aime vraiment son travail”.4
et
“Elle peut apprendre aux hommes quelque chose sur eux-mêmes “5.

Comme le Centre des sciences judiciaires offrait des services médico-légaux à l’ensemble de la province de l’Ontario, elle et d’autres experts médico-légaux parcouraient des milliers de kilomètres par année pour témoigner dans des cours criminelles dispersées dans la province.

Les rats ne conduisent pas
Les affaires criminelles dans lesquelles Mme Charlebois et d’autres toxicologues du SSJ témoignaient habituellement étaient des affaires de conduite en état d’ébriété impliquant l’alcootest. Lorsqu’elle était informée de la date du procès, Mme Charlebois étudiait attentivement le dossier la veille au soir. Lorsqu’elle a témoigné pour la première fois, elle était particulièrement préoccupée par le fait que son anglais soit impeccable et a passé de longues heures à réviser et à revoir chaque mot en anglais avec son mari.

Si le procès se déroule à moins d’une journée de route, ce qui peut signifier pour elle un aller-retour à Ottawa, elle quitte Toronto tôt le matin afin d’arriver tôt au tribunal et de pouvoir discuter de l’affaire avec le procureur de la Couronne. La cour criminelle commence habituellement à 10 h. La cour est très stressante et il est difficile de rester alerte pendant de nombreuses heures. On l’a comparé à une pièce de théâtre sur scène, mais sans scénario. On ne sait jamais quand on se présente au palais de justice, si la journée sera longue et difficile, réprimandée par l’avocat de la défense ou le juge pendant des heures, ou si l’accusé plaidera coupable.

Il faut garder son sang-froid et être alerte à la barre, peu importe la fatigue, le stress, la nervosité ou la maladie. À l’époque de la loi sur l’alcootest, il fallait également se tenir debout à la barre lors du témoignage, les chaises n’étant pas autorisées. Les rebords étroits de la barre rendaient également difficile l’équilibre du dossier, des papiers et de la règle à calcul.

Dans un cas de conduite en état d’ivresse, un avocat de la défense a commencé à réprimander Charlebois à la barre en lui disant que son expert de la défense était beaucoup plus qualifié qu’elle parce qu’il avait publié des centaines d’articles sur les effets de l’alcool sur les rats, et pourquoi n’avait-elle pas fait des expériences similaires ? Plutôt que d’expliquer que le métabolisme de l’alcool et le comportement en état d’ébriété sont très différents entre les humains et les rats et que vous ne pouvez pas extrapoler les résultats des études sur les rats directement sur les humains, elle a simplement regardé sévèrement l’avocat de la défense et a dit que la raison pour laquelle elle n’avait pas mené ces études était “parce que monsieur, les rats ne conduisent pas” et a effectivement arrêté cette ligne de questions.
Comme la cause pouvait être perdue si l’expert ne se présentait pas, Mme Charlebois et de nombreux autres experts judiciaires du SSJ se rendaient au tribunal en voiture dans toutes sortes de conditions météorologiques risquées. Une fois, alors qu’elle se rendait à Lindsay à travers un épais brouillard sur la route 115-35, elle a percuté le côté d’un autobus scolaire qui est soudainement apparu devant elle. La voiture qui la suivait a également percuté la sienne. Elle a été transportée à l’hôpital, mais heureusement, ni elle ni personne d’autre n’a été sérieusement blessé.6

Charlebois a rencontré Bob Borkenstein dans les années 1960. Elle l’appelait toujours “Professeur” et il aimait pratiquer son français avec elle. Charlebois était une scientifique judiciaire extrêmement dévouée et infatigable et ses nombreuses comparutions devant les tribunaux pour défendre l’alcootest ont fait en sorte que celui-ci soit généralement accepté par les tribunaux de l’Ontario et ont contribué à l’établissement de la loi sur l’alcootest.

1 Howes, JR, Hallett, R.A., et Lucas, D.M., “A Study of the Accuracy of the Breathalyzer as Operated by Police Personnel”, Journal of Forensic Sciences, 12: 444-453, 1967 2 Globe and Mail Feb 27, 1969.
2 Globe et Mail 27 février 1969.
3 Globe and Mail, 22 août 1964.
4 Toronto Daily Star, 3 avril 1964.
5 Globe and Mail, 27 février 1969.
6 Globe and Mail, 1er novembre 1974.

A lire également