Toxicologie

La SCSJ s'est engagée à mettre sur pied et à offrir un site web bilingue le plus tôt possible, puisque ceci représente une des assises de notre Société. Nos traducteurs bénévoles poursuivent actuellement leurs efforts afin d'y arriver dans les meilleurs délais. Veuillez entretemps excuser la présence de texte en anglais sur cette page.

ddc1

La toxicologie judiciaire traite de l’étude des effets néfastes des drogues et des produits chimiques sur les systèmes biologiques et de l’interprétation de ces résultats à des fins juridiques.

Les toxicologues judiciaires effectuent des tests scientifiquement validés pour déterminer la présence et / ou le niveau de drogues ou de produits chimiques dans le corps. Le toxicologue peut effectuer des tests sur un certain nombre de fluides corporels tels que le sang, l’urine, l’humeur vitreuse (liquide oculaire), la salive ou les tissus et plus fréquemment le foie. Il existe plusieurs types d’enquêtes qui peuvent avoir des échantillons soumis pour des tests toxicologiques.

Les enquêtes sur la conduite avec facultés affaiblies visent à déterminer le taux d’alcool ou de drogue (s) dans le corps. Ces taux sont comparés aux taux légaux pour déterminer si une infraction a été commise ou à la littérature scientifique pour prédire la performance humaine, en particulier la capacité de conduite sous les effets des drogues. Les enquêtes sur les agressions sexuelles facilitées par l’utilisation de drogues peuvent viser à déterminer la présence de tout médicament sédatif ou altérant d’humeur dans le corps de la victime.

Les enquêtes sur les décès ou les homicides peuvent viser à déterminer quelles drogues sont présentes dans le corps de la victime au moment du décès afin de déterminer l’état d’esprit de l’individu. Les taux de drogues peuvent également être utilisés pour déterminer si un individu est mort d’une surdose.

Un toxicologue peut travailler dans un laboratoire qui se concentre principalement sur les cas qui à trait aux enquêtes criminelles (par exemple, le laboratoire judiciaire de la GRC) ou dans un laboratoire qui fournit des informations au médecin légiste et aux pathologistes pour déterminer la cause d’un décès. Certains laboratoires peuvent également fournir les deux services (par exemple, le Centre des sciences judiciaires).

Les laboratoires de toxicologie médico-légale utilisent des instruments d’analyses chimiques et biomédicales ultramodernes capables de détecter de petites quantités de substances toxiques. À l’heure actuelle, il n’est pas possible de détecter, d’identifier et de déterminer le taux de toutes les toxines dans l’organisme en n’utilisant qu’une seule technique d’analyse. Le toxicologue doit donc prendre des décisions éclairées sur les types analyses à effectuer tout en tenant contre de la quantité d’échantillon soumise pour analyse ainsi que de la drogue qui est suspectée d’être dans le corps.

Les toxicologues judiciaires peuvent également fournir un soutien aux agences policières et gouvernementales sur les programmes de conduite avec facultés affaiblies par les drogues et l’alcool et fournir un support specialisé sur le fonctionnement des instruments d’alcootest.

Facebooktwittergoogle_pluslinkedinmail